L’humain fréquemment irrationnel dans ses décisions face à une consigne

How we do

1ère
Mauvaise nouvelle

Sciences cognitives - nudge

Par paresse et par manque de temps, nous prenons fréquemment nos décisions avec la « partie » de notre cerveau la plus rapide mais la moins efficace pour analyser la situation, le « systéme#1 », opposé au « système#2 » analytique mais bien plus lent et énergivore. D’où nos fréquentes erreurs de jugement…

2de
Mauvaise nouvelle

Sciences cognitives - nudge

Seconde mauvaise nouvelle, notre cerveau opère des raccourcis mentaux qui peuvent générer des biais cognitifs empêchant le comportement demandé, comme le regard d’autrui ou l’aversion à la perte par exemple.

Contrairement à notre croyance, nous ne sommes donc pas des êtres de raison, mais d’émotions, de contextes, d’habitudes… Et savoir qu’un comportement est bon pour soi ou pour la communauté n’implique pas forcément son adoption une fois sur le terrain, loin de l’information et/ou de la formation. Ce qui, dans le cadre d’un suivi de consigne, n’est guère rassurant…

POUR BIEN DÉCIDER, NOUS AVONS BESOIN D'AIDE.
AU BON ENDROIT ET AU BON MOMENT.